Brasserie du Mont Haut

Brasserie du
Mont-Haut

Bières artisanales à Montoulieu

La Microbrasserie du Mont Haut est située à Montoulieu dans l’Hérault (34), près de Montpellier et de la ville de Ganges.

Nous vous proposons 3 bières issues de la gamme permanente : une blonde, une blanche et une IPA. Des bières avec un réel parti pris mais néanmoins accessibles à tous.
En fonction des saisons et des événements, vous trouverez également des bières éphémères originales.

Vente directe uniquement sur rendez-vous et chez nos partenaires.

kal ipa brasserie mont haut

IPA - KAL'IPA SHATKIDE

Une IPA légère typique des bières Est-américaines. Les houblons choisis confèrent à la bière des arômes de framboise, cassis et fruits tropicaux, réhaussés de belles notes de mandarine. Le nez est bien fruité sans excès. La texture est crémeuse et apporte de la volupté grâce aux céréales utilisées : le seigle et le blé. L’amertume typique des IPA est bien maîtrisée afin de rendre cette IPA totalement accessible et savoureuse.  

Blonde - GOLDIE

Une bière blonde de type Pale Ale d’influence anglaise au goût malté, réhaussée de notes fortes de céréales, noisette et biscuit. L’amertume est discrète, les houblons apportent une légère touche épicée, le corps est modéré voire rond, grâce à la présence de sucres résiduels. Ce n’est pas une bière de soif mais bien une blonde avec un caractère affirmé. Savoureuse et légère, elle peut être consommée toute l’année.

Goldie biere blonde brasserie mont haut
freemouss blanche brasserie mont haut

Blanche - FREE MOUSS

De la fraicheur ! C’est ce qu’apporte la Free Mouss. C’est une bière de blé allemande de type « Weizen », revisitée avec des houblons américains et quelques épices pour apporter de l’exotisme à un style traditionnel. Très facile à boire, elle est néanmoins subtile. Cette « Mousse » se déguste aisément en terrasse ombragée l’été, si vous aimez les bières légères et goûteuses.

NEWSLETTER

Laissez-nous votre e-mail afin de recevoir nos dernières actualités : nouvelles bières disponibles, présence sur des événements, etc.

    Où nous trouver ?

    2 chemin de l’Église

    34190, Montoulieu

    06.83.59.23.60

    Qu'est-ce qu'une microbrasserie ?

    On peut définir le terme « microbrasserie » en fonction de différents paramètres liés à la technique brassicole mais également liés à la quantité de bière produite chaque année. On dit généralement qu’une microbrasserie est une brasserie de « petite taille », qui ne dépasse pas les 100 hectolitres de production de bière par an. Lorsque l’on parle de petite brasserie on parle aussi des moyens alloués à la production et de technique : une microbrasserie est souvent synonyme de production artisanale. En d’autres termes, c’est le savoir-faire particulier du brasseur qui va lui permettre de produire de la bière avec des moyens techniques qui maîtrise seul. Il fait le choix d’être présent à toutes les étapes de la production, du choix des matières premières jusqu’à la valorisation et la commercialisation de son produit final. Il se concentre sur la qualité de sa bière plutôt que de mettre en place des moyens techniques évolués lui permettant d’accroître sa productivité et d’optimiser ses coûts de production. On peut croire que ce terme est récent surtout lorsque l’on constate un nouveau choix de bières artisanales dans les rayons des magasins que l’on fréquente habituellement. Pourtant, dans l’histoire de notre monde, le marché de la bière a sans cesse évolué laissant bien souvent la place à de petites productions locales. Comme dans de nombreux domaines, l’histoire se répète. Et cela, pour le plus grands bonheurs des amoureux de malts et de houblons. Cette histoire justement, nous pouvons en dire quelques mots.

    L'histoire des microbrasseries et des bières artisanales

    Les origines de la bière

    Les archéologues estiment que les premières expérimentations de brassage de bière ont eu lieu lorsque les hommes ont commencé à se sédentariser et à former des sociétés agraires. La première recette de bière de bière découverte a par ailleurs été trouvées dans ce qu’on appelle croissant fertile, au Moyen-Orient, en 6000 avant JC. Mais ce sont bien les Égyptiens qui furent les maîtres de la bière. La bière était consommée à toute heure de la journée. C’était la boisson de prédilection de la haute société qui n’hésitait pas à la consommer dans des coupes en or.

    La bière au moyen-âge

    Au moyen-âge, ce sont les moines qui fabriquent la bière. Les monastères étaient alors les seuls lieux dans lesquels était produite la bière. Elle était consommée par les moines eux-mêmes mais également par leurs hôtes, les pèlerins et les pauvres. A cette époque, la bière était plus appréciée que l’eau parce que l’eau était bien souvent polluée. La bière était aussi considérée comme un repas grâce à son apport nutritionnel non négligeable à une époque où il était difficile de se nourrir facilement et convenablement. Le houblon n’était alors pas encore utilisé. L’additif conservateur employé à cette époque, était un mélange d’herbes et de plantes sauvages que l’on appelait « Gruit ». C’est au 13ème siècle que l’on commence à utiliser le houblon. Il n’est pas forcément apprécié pour son goût mais il représente un moyen plus efficace de conserver la bière que le Gruit. De cette façon, la bière peut être exportée et vendue dans d’autres régions, là où le savoir-faire brassicole est moindre par exemple. Cela peut paraît incroyable aujourd’hui, mais le houblon n’était uniquement qu’un moyen de mieux commercialiser sa production.

    La fabrication de bière à la fin de l’époque moderne et au début du 19ème siècle

    Les révolutions industrielles se sont succédées et ont ainsi entrainé, le développement des moyens de production, du savoir-faire mais également de la commercialisation de la bière. Les taxes levées grâce à la vente de bière ont d’ailleurs permis de constituer des armées et ont influencé certaines stratégies géopolitiques en Europe et dans le monde. C’est le cas de l’Angleterre qui n’hésitait pas à contrôler durement les producteurs pour s’assurer des revenus utiles pour faire la guerre de la Conquête ou pour combattre les révolutions américaines.

    En Tchécoslovaquie, ce sont les méthodes de brassage qui ont changé. Les moines ont laissé la place aux scientifiques qui se sont intéressés aux levures et à la fermentation pour supprimer l’infection des brassins qui rendait la bière mauvaise, pour clarifier et filtrer le produit final, et ainsi organiser la société brassicole. C’est le cas à Pilsen où seules les brasseries capables d’assurer une certaine qualité à la bière pouvait vendre leur production.

    Le développement de la production industrielle et le retour des
    brasseries artisanales

    Au 20ème siècle, les petites unités de production se sont réduites aux profits des grandes structures. En 1900, il existait 3223 brasseries en Belgique. En 1980, il n’en reste plus que 123. En revanche, la production des brasseries s’est accrue. Les moyens de production ont permis de développer des bières d’un niveau acceptable à des prix compétitifs, mais c’est aussi et surtout la publicité et les moyens marketing mis en œuvre qui ont permis aux grandes marques de bière industrielle d’accroître leur notoriété. C’est seulement à partir des années 90 que la production de bières artisanales est revenue progressivement jusqu’aux années 2010 où le nombre de microbrasseries a explosé. Aux États-Unis, les brasseurs artisanaux avaient totalement disparu en 1980. En 2018, ils sont plus de 3500 à se partager 14% de part de marché. Aujourd’hui, elles sont près de 9000.

    Pourquoi les consommateurs préfèrent la bière artisanale ?

    On peut affirmer aujourd’hui que le mouvement et le succès des bières artisanales a été initié par les connaisseurs et les passionnés de bières. Frustrés de ne pas trouver de bières à la hauteur, certains consommateurs se sont tournés vers la production maison de bière artisanale dès la fin des années 70. Leur savoir-faire s’est développé et une alternative aux bières industrielles s’est constituée. Mais c’est bien le comportement des consommateurs qui a évolué et qui a permis à de nombreuses microbrasseries de se créer et de se développer. 

    Un public large, des attentes variées

    Même si les consommateurs de bières ne sont pas tous des passionnés ni de fin connaisseurs, les attentes en termes de goût et de qualité sont fortes. Cette observation est générale et ne concerne pas uniquement la consommation de bière. On préfère aujourd’hui consommer local, si possible bio, découvrir de nouvelles saveurs ou d’anciennes saveurs et on favorise nettement le savoir-faire et la qualité quitte à payer plus cher.  Ainsi, la production de bière artisanale répond à cette demande puisqu’elle est en mesure de proposer un produit de qualité assurée par le brasseur, dont les spécificités sont très variées : IPA, NEIPA, bière blanche de blé, blonde américaine, blonde anglaise, bière brune anglaise, houblons américains, néozélandais, etc.

    Une façon de consommer qui évolue

    Selon l’OFDT, « les volumes d’alcool exprimés en litres d’AP par habitant de 15 ans et plus ont diminué de 18 %. La baisse a été de près de 25 % pour les vins et de 13,5 % pour les spiritueux. Pour les bières, le volume d’AP est en 2019 de 9 % au-dessus du niveau de 2000. Depuis 2010, la part de la bière dans les volumes d’AP mis en vente a fortement augmenté passant d’un peu moins de 18 % en 2010 à 22 % en 2019 ». Cela traduit une évolution du mode de consommation qui se définit par la volonté de déguster et de passer un bon moment entre amis, dans un cadre convivial et raisonnable. On préfère ainsi consommer moins mais mieux.